avion de chasse et de ligne
 
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 escdrille de mirage 5

Aller en bas 
AuteurMessage
Maverick
Webmaster
Webmaster
avatar

Nombre de messages : 26
Age : 26
Date d'inscription : 17/08/2007

MessageSujet: escdrille de mirage 5   Dim 20 Jan - 20:11

Au milieu des années 60, la Force Aérienne est confrontée à un problème : ses F-84F Thunderstreak, qui jusqu'alors constituaient l'essentiel de sa force de chasseurs bombardiers, arrivent en fin de vie et il devient de plus en plus difficile de se procurer les pièces de rechange nécessaires à leur mise en œuvre. Leur retrait au profit de F-104G a déjà débuté dans certaines unités mais leur remplacement dans les escadrilles restantes s'avère indispensable si la Force Aérienne veut continuer à assumer ses missions pour l'OTAN. Le problème est tout aussi aigu pour les RF-84F Thunderflash de reconnaissance. Devant ce constat, la décision est prise de réaliser une étude en vue de trouver un successeur à ces appareils. Comme la Koninklijke Luchtmacht se trouve dans la même situation, elle s'associera à cette étude.



Plusieurs candidats sont pressentis, parmi lesquels le Lockheed F-104S, le Northrop F-5, le Saab Draken et le Mirage V de Dassault. Les Néerlandais, dont les besoins sont cependant différents de ceux des Belges, optent assez rapidement pour le F-5. En Belgique, les hésitations du gouvernement retardent la décision qui n'intervient qu'en février 1968. Une commande de 106 Mirage – 63 BA de chasse-bombardement, 27 BR de reconnaissance et 16 BD d'entraînement et d'appui tactique – est passée auprès de l'avionneur français. Mis à part un appareil de chaque type, tous les avions seront construits en Belgique, à la SABCA, dont le Groupe Dassault est devenu le principal actionnaire. Les moteurs Snecma seront eux assemblés à la FN de Herstal.

Pendant ce temps, 8 pilotes sont envoyés en France, à Dijon et à Colmar, pour se qualifier sur Mirage III et former un premier groupe d'instructeurs qui se chargera de la transformation de base des pilotes de F-84F et RF-84F. Pour mener à bien cette mission, la 8ème escadrille est réactivée sur la base de Florennes le 15 juillet 1970, quinze jours à peine après l'acceptation officielle du premier avion par la Force Aérienne.

La conversion de la deuxième escadrille nécessite le reste de l'année. La 42ème escadrille, qui est la suivante sur la liste, abandonne ses Thunderflash et déménage de Bierset à Florennes le 30 juin 1971 tandis que la 1ère escadrille fait le chemin en sens inverse. En mars 1972, quatre escadrilles sont opérationnelles sur Mirage. La mission de la 8ème escadrille est pourtant loin d'être terminée car elle doit à présent former les jeunes pilotes issus des filières d'entraînement.


Les Mirage VB sont assez semblables au Mirage IIIE en service dans l'Armée de l'Air. Ils s'en distinguent pourtant par l'absence de radar et de divers équipements électroniques. Ils ne possèdent pas non plus de moteur fusée mais disposent d'une crosse d'arrêt. Livrés dans une finition 'métal naturel', ils sont peints en unité dans un camouflage 'Viêt-Nam' trois tons ; les surfaces inférieures sont blanches. Cette livrée restera en vigueur jusqu'au début des années 80, période où le camouflage trois tons enveloppera tout l'avion.

Avec les années 80, les Mirage vont subir diverses modifications. Les monoplaces sont équipés d'un système de contre-mesures actif/passif Rapport II. A la fin de la décennie, les sièges éjectables Martin Baker Mk 4 font place à des Mk 10 de type "zéro-zéro". Le plus grand chantier de modernisation, dénommé programme MIRSIP, est lancé dès 1988. Ce programme, dont la réalisation est confiée à la SABCA, doit permettre aux Mirage de rester en service jusqu'à l'horizon 2005. Le réchauffement des relations Est-Ouest et la commande de 44 F-16 supplémentaires destinés aux 1ère et 2ème escadrilles vont sérieusement l'hypothéquer. Finalement, les avions modernisés totalement ou partiellement sont revendus à la Force Aérienne chilienne avec quelques autres Mirage qui serviront de réserve de pièces de rechange.

Pour les escadrilles belges, les événements se précipitent. La 8ème escadrille est dissoute en mars 1991 à son retour de Turquie où elle a participé à l'opération "Ace Guard" aux portes de l'Irak. C'est la 42ème escadrille qui inscrira le dernier chapitre de la saga des deltas sous les cocardes belges. Malgré son statut d'unique unité dédiée à la reconnaissance tactique, elle sera dissoute en juin 1994.


Caractéristiques techniques

Type
chasseur-bombardier (BA), appareil de reconnaissance (BR), avion d'entraînement et d'appui tactique (BD)

Longueur
15,60 m (BA), 15,47 (BR), 15,56 (BD)

Hauteur
4,50 m

Envergure
8,22 m

Moteur
1 SNECMA ATAR 09 C5 de 6.000 kgp

Masse à vide
5.850 kg

Masse maximale
13.700 kg

Vitesse maximale
Mach 2 à plus de 33.000 pieds

Plafond maximal
50.000 pieds

_________________
<object width="600" height="150">
<param name="movie" value="http://www.fusion-pulsion.com/clan/banner/maverick.swf">
<embed src="http://www.fusion-pulsion.com/clan/banner/maverick.swf" width="600" height="150">
</embed>
</object>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maverick-fahrenheit.forumactif.info
 
escdrille de mirage 5
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comme un mirage....
» Dassault Mirage IV
» Dassault Mirage III
» mirage by lui meme
» PIR Petwise Texecom 3D vs Prestige vs Mirage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maverick & Fahrenheit :: Escadron :: Escadrille belge-
Sauter vers: